Dans cet article, nous allons apprendre quels sont les bons gestes à connaître pour pratiquer l’écoconduite. Il s’agit d’une pratique simple, applicable par tous et permettant de réduire grandement son impact sur l’environnement tout en faisant des économies.


C’est quoi l’écoconduite ?

Pour faire simple, l’écoconduite est un ensemble de techniques adaptées à la conduite d’un véhicule. Bien que ce concept soit aujourd’hui enseigné dans les auto-écoles, ce n’était malheureusement pas le cas quelques années en arrière.

A travers cet article, je souhaite vous aider à réduire votre consommation de carburant lorsque vous n’avez d’autres choix que de prendre votre véhicule.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à lire mon article intitulé « Pourquoi devriez-vous pratiquer l’éco-conduite ? ». A partir d’exemples simples, je vous montre quelles sont les économies que vous pouvez espérer réaliser en appliquant le bon comportement sur la route.

Avant d’aller plus loin

Avant de lire la suite de l’article, j’aimerais que vous preniez 5 minutes pour réfléchir aux différentes techniques qui définissent l’écoconduite. Comment procéderiez-vous pour réduire votre consommation ? N’hésitez pas à partager vos connaissances dans l’espace commentaires 🙂


Quel type de voiture pour la pratique de l’écoconduite ?

Il n’y a pas de voiture type pour pratiquer l’écoconduite, tout le monde peut s’y mettre. Donc quelque soit votre voiture ou votre motorisation, vous pouvez vous aussi réduire votre consommation..

Toutefois, je pense qu’il est important que chacun choisisse son véhicule en fonction de ses besoins. Pour faire votre choix, voici les bonnes questions que vous devez vous poser :

  • Combien de kilomètres je parcours quotidiennement ?
  • Sur quels types de routes ? (ville, départementales, autoroutes)
  • Combien de passagers m’accompagnent la plupart du temps ?
  • Quel est mon budget ?

En répondant à ces questions, vous aurez déjà un certain nombre d’éléments pour faire votre choix (le bon choix 🙂 ).

Savez-vous qu’en France, Le taux d’occupation moyen des véhicules est compris entre 1.2 et 1.3 personnes par véhicule ?

C’est en tout cas le résultat qui ressort d’une étude de l’Ademe. Autrement dit, nous passons la plupart du temps seul à bord de notre voiture. A partir de ce constat, est-il réellement raisonnable de rouler dans une voiture démesurément grande et lourde ?

Mon conseil

Si je ne devais vous donner qu’un seul conseil, ce serait celui-ci : choisissez le plus petit véhicule correspondant à votre besoin. Contrairement aux idées reçues, les monospaces, les breaks ou les SUV ne sont pas des passages obligés pour un couple avec deux enfants. Une compacte peu amplement suffire. Et si vous avez peur de manquer d’espace pour partir en vacances, vous pouvez toujours acheter ou louer un coffre de toit.

Vous devez garder en tête que plus votre voiture sera imposante et plus vos dépenses en carburant le seront, mais pas seulement… L’entretien, l’assurance et les consommables tels que les pneumatiques seront également plus onéreux.

Un dernier mot pour conclure cette rubrique. Bien que mon conseil soit de rester raisonnable dans votre choix, faites vous un minimum plaisir. Choisissez un véhicule qui vous plaise dans la catégorie correspondant à votre utilisation quotidienne. Avez-vous envie de dépenser de l’argent dans l’entretien d’une voiture que vous n’aimez pas ? Pas certain… pourtant, comme nous le verrons par la suite, l’entretien est un élément essentiel à la pratique de l’écoconduite.

Planifier votre itinéraire

Réduire sa consommation de carburant grâce à l’écoconduite, ça commence avant même de prendre la voiture.

Avant de partir, prenez le temps d’identifier toutes les routes possibles pour atteindre votre destination. Prenez tous les paramètres en compte : le temps du voyage, le nombre de kilomètres, les informations sur le trafic, si le trajet comporte des autoroutes et bien sûr, dans quelle voiture vous prévoyez de faire votre route (une citadine consommera plus qu’une berline routière sur autoroute par exemple).

Bien souvent, les GPS sont initialement programmés pour donner le chemin le plus rapide, mais ce n’est pas toujours le plus économique.  Pour illustrer tout cela, voici un exemple d’un trajet que j’ai effectué l’an dernier :

Poitiers à Dijon
Trajet A Trajet B
Temps (heures) 4h57 6h21
Distance (km) 522 448
Péages Oui (55.70€) Non (0€)
Consommation (L/100km) 6.0 5.3
CO2 émis (kg) 75 57
Prix total (€) 43+55.7 = 98.6 € 33 €

Pour effectuer ce trajet, je n’étais pas pressé. J’ai donc bien évidemment choisi le trajet B qui me permettait de faire des économies et de réduire mon empreinte environnementale. Choisir le trajet B m’a également permis de découvrir des coins sympas que je ne connaissais pas 🙂

Planifier son itinéraire, c’est aussi regarder les transports en communs tels que le train, le bus, le tram et le métro. Lorsque des alternatives existent, évitez de prendre votre véhicule et en particulier si votre trajet fait moins de 5 km.

Consulter les sites de co-voiturage

Le co-voiturage est un excellent moyen de diminuer ses factures et de diminuer son emprunte environnementale. Voyager à 4 permet pratiquement de diminuer son emprunte carbone par 4 par rapport à un voyage effectué seul.

Il existe de nombreux sites de covoiturage :

  • BLABLACAR,
  • idVROOM,
  • Roulez Malin,
  • Klaxit,
  • Trajet à la carte…

Si parmi tous ces sites vous ne trouvez pas votre bonheur pour vos trajets quotidiens, pensez à consulter vos collègues et vos amis qui sont susceptibles de pouvoir voyager avec vous.

Eviter les bagages inutiles

Pour limiter votre consommation, veillez à ne transporter que le strict minimum. En effet, à puissance et gabarit identique, c’est la voiture la plus légère qui consommera le moins. Pensez par exemple à retirer le coffre de toit et ses bars de fixation  si vous n’en n’avez pas besoin.

Entretenez régulièrement votre véhicule

Vous connaissez sans doute le dicton « mieux vaut prévenir que guérir ». Dans l’automobile, c’est pareil, un véhicule bien entretenu consommera moins et roulera plus longtemps.

Vérifier régulièrement la pression de vos pneumatiques

Je vous conseille de vérifier la pression de vos pneus (n’oubliez pas la roue de secours) une fois par mois et avant chaque grand voyage, car un pneu se dégonfle naturellement et perd environ 0,06 bars par mois.

D’après une étude réalisée par Michelin et Kwik Fit au Royaume-Uni, un pneu sous gonflé de 0,5 bars entraine une perte de performance de 0,42 km par litre de carburant. Autrement dit, pour un kilométrage moyen de 12 000 km par an, c’est 17,2 litres de carburant gaspillé. Multiplié par le nombre de voitures que compte le parc français, cela commence à faire beaucoup…

Rappelons également que les pneumatiques sont les seuls éléments en contact avec la route et jouent donc un rôle très important dans le comportement du véhicule. Des pneus sous gonflés compromettent la sécurité, augmente les émissions de gaz à effet de serre et augmente la facture carburant.

Quelques rappels sur la pression des pneumatiques : Respectez les préconisations du constructeur (la pression recommandée diffère d’un véhicule à un autre et peu même varier en fonction du chargement de la voiture). La vérification doit s’effectuer à froid (si vous devez faire plus de 3km pour faire la pression, ajoutez 0,3 bars par rapport aux chiffres préconisés).

Vérifier régulièrement les niveaux

A l’image des pneumatiques, pensez à vérifier les niveaux d’huile, de liquide de freins et de refroidissement. Ces éléments ne sont pas là par hasard, ils permettent le bon fonctionnement de votre voiture.

Respecter les échéances d’entretien de votre véhicule

Vous allez me dire que l’entretien d’un véhicule ça coûte cher… et malheureusement vous avez raison. Mais ces entretiens sont nécessaires pour garantir un fonctionnement optimal de votre voiture.

Rappelons qu’un véhicule mal entretenu consomme plus, pollue plus, tombe en panne plus facilement. Rappelons également qu’en cas d’accident, l’assurance peut décider de ne pas indemniser le conducteur qui n’a pas respecté le cycle d’entretiens.

Lors d’un entretien, les mécaniciens peuvent vérifier un certain nombre d’éléments comme par exemple :

  • Le filtre à air,
  • L’usure des pneumatiques,
  • Le parallélisme,
  • Faire la vidange du véhicule,
  • Le fonctionnement de la climatisation…

Ce sont autant d’éléments qui peuvent engendrer une surconsommation de carburant. Si tous ces éléments sont défaillant en même temps, attendez-vous à voir votre facture carburant s’envolée…

Un dernier conseil

Si vous conduisez majoritairement en milieu urbain, sur de courtes distances, vous risquez d’encrasser votre moteur. Cette affirmation est d’autant plus vraie si vous êtes possesseur d’une voiture diesel équipée d’un filtre à particules.

Un véhicule encrassé consommera d’avantage mais ce n’est malheureusement pas le plus grave. Vous augmenterez également le risque de panne.

Si vous observez une augmentation anormale de votre consommation, alors votre moteur est peut être encrassé. Dans cette situation, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Si vous avez besoin de prendre une voie rapide telle qu’une autoroute, prenez votre voiture encrassée, cela lui fera le plus grand bien. En montant en température, les gaz d’échappement élimineront les particules bloquées dans le filtre.
  • Si vous ne prenez jamais les voies rapides, vous pouvez de manières occasionnelles (et j’insiste sur le mot « occasionnel » 🙂 ) pousser un peu plus vos rapport qu’à l’habitude. En montant plus haut dans les tours, vous aller là aussi augmenter la température des gaz d’échappement et donc, désengorger votre filtre.

Les 5 premiers kilomètres de votre trajet

Vous avez planifié votre itinéraire, vous avez regardé les sites de covoiturage et inspecté l’état général de votre voiture ? Alors vous faites déjà partie des conducteurs responsables et je vous en félicite 🙂

Il est maintenant temps de prendre la route et bonne nouvelle, il y a encore quelques règles à connaître pour diminuer encore votre consommation =)

C’est à froid que l’on consomme et que l’on pollue le plus. Sur le premier kilomètres, c’est environ 50% de consommation supplémentaire, veillez donc à rouler doucement pour laisser à votre voiture le temps de chauffer. Il ne faut en générale pas plus de 5 kilomètres pour que le moteur soit à température.

Ce n’est pas non plus la peine de laisser votre véhicule chauffer pendant 10 minutes avant de partir.

Passer rapidement le rapport supérieur

L’idéal lorsque l’on souhaite réduire sa consommation de carburant, c’est de rouler au maximum sur le rapport de vitesse le plus élevé en adéquation avec votre vitesse de circulation. Par exemple :

  • 3ème ou 4ème rapport à 30 km/h,
  • 5ème à 50 km/h,
  • 6ème à partir de 80 km/h.

On pense donc à passer le rapport supérieur avant 2000 tr/min sur un véhicule diesel et avant 2500 tr/min sur une voiture essence.

Utiliser l’ensemble des instruments de votre tableau de bord

Par rapport au point précédent, pensez à regarder régulièrement votre vitesse et votre régime moteur pour choisir au mieux votre rapport.

Sur la grande majorité des voitures récentes, vous trouverez sur le tableau de bord un indicateur de rapport engagé qui vous indiquera quand passer votre vitesse à l’aide d’une flèche qui pointe vers le haut ou vers le bas.

Si vous avez un régulateur de vitesse, utilisez le dès que possible. En particulier à vitesse stabilisée sur les nationales et les autoroutes. C’est à vitesse constante que l’on consomme le moins.

Pensez également à utiliser vos clignotants. Si tout le monde les utilisaient, il serait plus facile pour chacun d’entre nous d’appliquer les règles de l’écoconduite (et les routes seraient plus sûres).

Rouler moins vite sur les portions rapides

Sur autoroute, rouler 10 km/h en dessous de la limitation de vitesse autorisée permet généralement de réduire sa consommation. En plus de cela, une vitesse plus faible permet de ralentir l’usure de vos pneumatiques.

Contrairement aux idées reçues, vous ne perdrez pratiquement pas de temps. Sur un trajet de 200 km, rouler à 120 km/h au lieu de 130 km/h ne vous fera perdre que 8 min.  Vous trouverez ci-dessous un tableau montrant les temps de trajet pour 100 km et 200 km pour différentes vitesses de circulations :

 

Vitesse (km/h) temps nécessaire pour effectuer 100km temps nécessaire pour effectuer 200km
130 46min 1h32min
120 50min 1h40min
110 54min 1h49min

 

Rouler plus doucement permet également de diminuer les distances de freinage en cas d’urgences et donc de limiter les risques d’accidents. Par exemple, à 130 km/h, il vous faudra environ 169 mètres sur route sèche pour vous arrêter contre 144 mètres à 120 km/h soit une différence de 25 mètres !

Utiliser au maximum votre frein moteur

Le frein moteur, on l’utilise généralement en descente pour éviter que notre véhicule prenne trop de vitesse. Mais savez-vous qu’il est également très utile sur le plat ?

En effet, vous pouvez utiliser cette astuce dans de nombreuse situation : à l’approche d’un rond point, d’un feu rouge, d’un stop, d’un virage, avant d’entrer dans une zone limitée à 50 km/h et bien d’autres.

Le frein moteur vous permettra de réduire l’usure de vos freins (et par la même occasion de diminuer l’émission de particules fines émises lors de leur utilisation), mais également de réduire votre consommation car vous allez devoir lâcher le pied de l’accélérateur beaucoup plus tôt.

Pour rendre cette technique plus « fun », vous pouvez vous lancer des petits challenges consistant à utiliser le moins possible votre pédale de frein (gardez quand même le pied à proximité de la pédale pour réagir rapidement en cas de besoin et ne prenez pas de risques inconsidérés).

Petite mise en situation : 200 mètres devant vous, vous voyez un feu tricolore passer au rouge. Tout de suite, lâchez votre accélérateur et commencez doucement à rétrograder. Votre vitesse va diminuer progressivement jusqu’à l’arrêt du véhicule ! Pendant toute cette phase de décélération vous n’aurez rien consommé ! Génial non ?

Vous allez me dire que c’est logique tout ça. Mais pourtant je vois énormément de personnes attendre les 30 derniers mètres avant de commencer à freiner.

Anticiper le trafic

C’est certainement le point le plus compliqué car il demande un minimum d’expérience de la route. L’anticipation permet d’adapter au mieux sa conduite face aux différentes situations que nous rencontrons.

L’une des règles primordiale est de laisser une distance de sécurité suffisante.

Garder ses distances permet de maintenir une allure stable sans trop jouer de l’accélérateur et du frein. Vous économiserez ainsi votre argent car ce sont les phases d’accélération qui consomme le plus.

Garder ses distances permet également d’être plus en sécurité.

Eviter au maximum l’utilisation de la climatisation et l’ouverture des fenêtres

Dans une climatisation, on trouve un compresseur dont la source d’alimentation est l’électricité. Cette électricité est produite grâce à la rotation du moteur thermique. Autrement dit, lorsque l’on utilise la climatisation, le moteur doit fournir un couple légèrement plus important et c’est pour cela que votre consommation de carburant augmente.

Pour diminuer cette surconsommation, penser à aérer votre voiture avant de prendre la route lors des fortes chaleurs.

Sur la route, n’utilisez la climatisation que si vous avez réellement besoin. Et lorsque vous en aurez besoin, ne créez pas une différence de température trop importante avec l’extérieure (respectez un écart 2-3 degrés maximum).

Ouvrir les fenêtres en substitution n’est pas forcément une meilleure idée. L’air qui s’engouffre à l’intérieur de l’habitacle vient créer une force de résistance au déplacement : le moteur devra donc produire plus d’énergie et donc consommer plus pour compenser cette force.

Arrêter votre véhicule lors d’un arrêt de 20 secondes

Si pour une raison ou une autre, vous êtes amené à vous arrêter et que cet arrêt dure plus de 20 secondes, pensez à couper votre moteur. En effet, en fonctionnant à l’arrêt, votre voiture consomme environ 0,5 litre de carburant par heure.

Si votre voiture est équipée d’un Start & Stop, utilisez le, il vous aidera à économiser votre argent 🙂

Le plus difficile : ne cédez pas à la pression des autres automobilistes

Lorsque vous aller pratiquer l’écoconduite, vous allez certainement rencontrer de mauvais conducteurs qui pourront vous mettre la pression sur la route. Vous les reconnaitrez facilement, ils accélèrent fort, ils roulent vite, ils ne gardent pas leur distance de sécurité, ils freinent au dernier moment et s’énerve facilement au volant.

Comme vous pouvez le constater, leur comportement s’oppose totalement à la pratique de l’écoconduite.

C’est en présence de ce genre de personnes que vous ne devez pas céder à la pression car VOUS êtes le bon conducteur.

Conclusion et récapitulatif

La pratique de l’écoconduite est gratuite et accessible par tous les usagers de la route. Elle permet de réduire grandement les émissions de gaz polluants dans l’atmosphère. Elle permet également de faire des économies de carburant non négligeable.

Une conduite éco-citoyenne, c’est privilégier dans l’ordre : la marche, le vélo, les transports en commun, le co-voiturage, en particulier si votre trajet fait moins de 5 km.

Adopter l’écoconduite commence par acheter un véhicule correspondant à nos besoins.

Lorsque vous n’avez pas le choix et que vous devez prendre votre voiture, appliquer les gestes que nous venons d’énoncer.

  1. Penser à entretenir régulièrement votre véhicule,
  2. Planifier votre itinéraire,
  3. Consulter les sites de co-voiturage,
  4. Retirer les éléments dont vous n’avez pas besoin,
  5. Rouler doucement lors des 5 premiers kilomètres,
  6. Passer rapidement le rapport supérieur,
  7. Utiliser l’ensemble des instruments de votre tableau de bord,
  8. Rouler moins vite,
  9. Utiliser le frein moteur,
  10. Anticiper au maximum,
  11. Utiliser la climatisation à bon escient,
  12. Couper le contact lors d’un arrêt de plus de 20 secondes,
  13. Ne pas céder à la pression des autres usagers de la route.

Pour ne rien oublier de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement mon guide sur l’écoconduite.


Vous êtes libre de partager gratuitement cette infographie avec vos proches pour les aider à réduire leur consommation de carburant 🙂

Cet article est maintenant terminé. Je vous remercie pour votre attention. Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Et surtout, pensez à partager cet article au maximum pour faire évoluer les mentalités 🙂

Article similaire :

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *