Pratiquer le télétravail pour lutter contre la pollution

Pendant la période de confinement liée au coronavirus, la pratique du télétravail s’est largement répandue. Et si nous profitions de cette expérience forcée pour généraliser le télétravail à plus grande échelle ? Une pratique plus répandue et plus régulière permettrait de lutter contre la pollution de l’air.

Sept salariés sur dix utilisent leur voiture pour se rendre au travail

En France, le secteur du transport est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Selon l’Ademe, le transport routier représente 33 % de la consommation d’énergie finale et 120 Millions de tonnes de CO2 émis. Si nous voulons respecter l’accord de Paris et contenir l’augmentation de la température en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, nous devrons faire de gros efforts dans ce secteur.

Et si nous commencions par démocratiser le télétravail pour limiter le trafic sur les routes ?

Si vous avez lu mon article « un plan vélo pour la sortie du confinement », vous devriez savoir que la voiture est utilisée dans 70.6% des trajets domicile-travail. Sachant que la France compte environ 27 millions de salariés et que la distance domicile-travail est en moyenne de 25.9 kilomètres, le télétravail apparaît comme une solution très intéressante pour lutter contre la pollution de l’air.

Combien de télétravailleurs compte la France ?

On ne connait pas avec certitude le nombre de télétravailleurs en France. Selon le Ministère du Travail et l’INSEE3% des salariés pratiquent le télétravail au moins une fois par semaine. En revanche, si l’on se réfère à l’enquête menée en 2018 par Malakoff Médéric sur 1507 salariés et 401 dirigeants, 25% des sondés ont déclaré pratiquer le télétravail. Mais comment expliquer un tel écart ?

Actuellement, il n’existe pas d’outil statistique bien défini. Les différents organismes n’utilisent pas forcément les mêmes critères pour mener leurs enquêtes.

Par exemple, Malakoff Médéric annonce un chiffre de 25%. Mais, parmi les personnes interrogées, 15% pratiqueraient le télétravail de manière occasionnelle non contractualisée, et 43% feraient moins d’une journée par semaine.

Avec un tel écart, il est difficile de conclure sur la situation actuelle. Toutefois, si nous voulons lutter de manière efficace contre la pollution de l’air, il est nécessaire que le télétravail soit pratiqué au moins une fois par semaine par le plus grand nombre. Dans ces conditions, le pourcentage de salariés ayant recours à cette pratique serait plutôt compris entre 3% et 14.3%.C’est en tout cas l’hypothèse que nous allons conserver dans la suite de notre étude.

Avant d’aller plus loin, je tiens à vous informer que les chiffres présentés dans cet article sont donnés à titre indicatif dans un but purement pédagogique. Compte tenu de l’incertitude sur les statistiques du télétravail, je ne peux vous garantir l’exactitude des résultats. L’objectif est simplement de vous donner un ordre de grandeur chiffré pour vous illustrer le potentiel d’une telle pratique.

Pourrait-on développer d’avantage le télétravail pour dépasser la barre des 14.3% ?

Nous avons déjà un indice pour répondre à cette question. Selon l’étude menée par Malakoff Médéric, 25% des sondés ont déclaré pratiquer le télétravail dont 43% d’entre eux de manière occasionnelle. Mais serait-il envisageable que ces 43% deviennent eux aussi des télétravailleurs réguliers ?

La généralisation du télétravail pendant la crise du coronavirus

Afin de respecter les consignes sanitaires pendant la période de confinement, certaines entreprises ont dû mettre en place un système de télétravail pour une partie de leurs salariés.

Durant cette période, la société Odoxa-AdvisoPartners  a mené une enquête pour les comptes de France Bleu, France Info et Challenges. L’objectif du sondage était d’étudier les conséquences du confinement sur le monde du travail en France. D’après les résultats obtenus, 24% des salariés ont télétravaillé (quasi quotidiennement) pendant le confinement.

Par rapport à notre fourchette de référence, c’est au moins 10% de plus qu’en temps normal. En plus, ce chiffre consolide le résultat annoncé par Malakoff Médéric. Si l’on en croit ces deux études, il y aurait en France, 25% des salariés qui pourraient pratiquer le télétravail au moins un jour par semaine.

Pour vous donner une petite idée, cela réprésente tout de même près de 2.9 millions de personnes supplémentaires par rapport à nos 14.3%annoncés en début d’article.

Bien évidemment, certains métiers ne sont pas compatibles avec la pratique du télétravail. Il est donc difficile d’imaginer dépasser cette barre des 25%. Mais en voyant ces chiffres, il est certain que nous pouvons développer d’avantage cette pratique en France. Avec un potentiel de 2.9 millions de télétravailleurs réguliers supplémentaires, nous pourrions grandement réduire le trafique sur les routes.

Le télétravail, un outil pour lutter contre la pollution de l’air.

Comme nous venons de l’évoquer, le nombre de télétravailleurs réguliers a augmenté d’environ 2.9 millions de personnes pendant la période de confinement.

Rappelons que la voiture est utilisée dans 70.6% des trajets domicile-travail. Donc, parmi ces 2.9 millions de personnes, 2.1 millions d’entre elles prendraient leur véhicule pour se rendre au travail.

Imaginez qu’une à deux fois par semaine, nous retirions 2.1 millions de véhicules de nos routes! Ne pensez-vous pas que tout le monde aurait à y gagner ? 🙂

Pour aller un petit peu plus loin, nous pouvons estimer quelle quantité de C02nous pourrions éviter chaque année si 2.1 millions de salariés pratiquaient le télétravail un à deux jours par semaine. En plus des chiffres déjà cités dans cet article, nous avons besoin connaître la consommation moyenne du parc automobile français. Pour cela, je vous invite à consulter mon article « Pourquoi devriez-vous pratiquer l’éco-conduite ? ». Sans plus attendre, voici le résultat de mon estimation basée sur une année de travail, soit 47 semaines:

2.1 millions de télétravailleurs 1 jour par semaine 2 jours par semaine
C02 évité chaque année 777 000 tonnes 1.5 millions de tonnes

Pour éviter les émissions de 777 000 tonnes à 1.5 millions de tonnes de CO2 chaque année, il suffirait simplement que 2.1 millions de salariés travaillent un à deux jours par semaine depuis leur domicile. N’est-ce pas formidable ? A titre de comparaison, la tour Eiffel ne pèse « que »7300 tonnes.

Le télétravail est très facile à mettre en œuvre et malgré l’urgence climatique, le mouvement piétine depuis plusieurs années. Nous devons profiter de cette expérience forcée pour accélérer le mouvement.

Le télétravail, une solution miracle ?

Au risque de vous décevoir, le télétravail n’est malheureusement pas une solution miracle.

Comme nous l’évoquions en début d’article, le secteur du transport émet chaque année 120 millions de tonnes de CO2. Donc finalement, même si nous arrivions à retirer de nos routes 2.1 millions de véhicules deux jours par semaine, le gain ne serait que de 1.3%…

Alors pourquoi s’embêter avec le télétravail ? Tout d’abord, notre estimation est assez grossière. Dans les faits, certains éléments n’ont pas été pris en compte comme la diminution possible des embouteillages. On pourrait donc espérer réduire d’avantages nos émissions. D’ailleurs, selon les résultats d’une simulation menée par Patrice Tissandier, enseignant chercheur au laboratoire « Théoriser et modéliser pour aménager » (Théma), la réduction des émissions de CO2 pourrait se situer entre 3% et 5%.C’est déjà nettement plus intéressant que notre première estimation.

Ensuite, comme nous l’avons déjà évoqué, le télétravail est une solution très simple à mettre en œuvre. Il serait donc dommage de s’en priver. Tout ce qui est pris maintenant ne sera plus à prendre plus tard.

Si nous ne sommes pas capables de prendre les décisions simples, comment ferons-nous lorsqu’il faudra mettre en place des actions bien plus contraignantes ?

Rappelons que coût économique et financier de la pollution de l’air s’élèverait à 3 milliards d’euros par an et que la pollution de l’air serait responsable d’environ 48 000 décès prématuré chaque année en France.

Le télétravail  représente un réel potentiel d’action pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, cette pratique doit être couplée avec d’autres actions si nous voulons obtenir des effets notables. Vous pourriez par exemple privilégier le vélo les jours ou vous aller sur site, pratiquer le covoiturage ou encore, adopter les gestes de l’éco-conduite.

Pourquoi s’arrêter à un ou deux jours par semaine ?

Il est évident que si tous les télétravailleurs pouvaient travailler à temps plein depuis leur domicile, le résultat n’en serait que meilleur. Mais pour que ce système puisse perdurer le plus longtemps possible, il faut que tout le monde y trouve son compte. Aussi bien les salariés que les entreprises.

D’après l’enquête réalisée par Malakoff Médéric, il semblerait que la durée idéale de télétravail soit en moyenne de deux jours par semaine. C’est en tout cas ce qu’ont répondus les 25% de télétravailleurs sondés dans cette étude. Je pense qu’il s’agit tout simplement de la durée idéale permettant de concilier les avantages et les inconvénients du télétravail.

Toutefois, si vous êtes motivé à pratiquer le télétravail à 100% depuis votre domicile et que vous avez l’aval de votre employeur, je n’ai qu’une chose à dire : lancez-vous 🙂

Eviter l’apparition de nouveaux déplacements pendant les journées de télétravail.

L’un des grands avantages tu télétravail, c’est qu’il permet de gagner du temps. Mais si nous voulons tirer des bénéfices écologiques de cette pratique, nous ne devons pas utiliser ce temps supplémentaire pour effectuer de nouveaux trajets en voiture. Alors par pitié, une fois votre journée de télétravail terminée, ne prenez pas votre véhicule pour vous rendre dans votre boutique préférée située à 50 kilomètres de chez vous.

Si vous avez des déplacements nécessaires à effectuer comme par exemple, emmener vos enfants à l’école, profitez au contraire de ce temps libre supplémentaire pour privilégier la marche à pied ou le vélo 🙂

Comment bien gérer le télétravail ?

La pratique du télétravail n’est pas totalement rentrée dans les mœurs en France et suscite encore parfois quelques inquiétudes. Je ne vais pas vous détailler ici quels sont les avantages et les inconvénients d’une telle pratique puisque ce sont des critères purement subjectifs. Mais sachez que de manière générale, les télétravailleurs sont satisfaits de leur situation. D’après le sondage réalisé par Malakoff Médéric, seulement 9% des télétravailleurs ont attribués une note inférieure à 4 sur 10 (0 signifiant qu’ils ne sont pas satisfait de leur situation, et 10 signifiant qu’ils sont très satisfaits). Sur l’ensemble des sondés, la moyenne obtenue est de 7.5 sur 10.

Ce taux de satisfaction semble plutôt cohérent puisque de son côté, Odoxa-AdvisoPartners a révélé que les trois-quarts des Français souhaitent que le télétravail se développe davantage à l’avenir.

Pour celles et ceux d’entre vous qui auraient encore des à priori, voici quelques conseils pour gérer aux mieux ses journées de télétravail.

Se créer un espace dédié

C’est certainement le point le plus difficile à mettre en place puisque tout le monde n’a pas la chance d’avoir un bureau à son domicile. Toutefois, essayez tant que ce peut de choisir un endroit bien éclairé par la lumière naturelle et dans lequel vous vous sentez bien. C’est endroit n’a pas besoin d’être grand, mais il doit vous mettre dans une ambiance de travail.

Travailler depuis son canapé n’est certainement pas la meilleure place pour être efficace et bien installé.

Etre clair avec votre famille

Prenez le temps d’expliquer à votre famille quand ils ne doivent pas vous déranger. Personne n’aime être interrompu en pleine réunion par exemple. Définir des règles de vie au préalable est souvent très efficace.

Conserver une bonne hygiène de vie

Ce n’est pas parce qu’on est à la maison qu’il faut se laisser aller. Avant d’entamer votre journée de travail, prenez le temps de vous préparer comme vous le feriez pour une journée ordinaire. Pensez à boire régulièrement de l’eau et évitez le grignotage. Etant donné qu’en télétravail on passe la majeure partie de son temps derrière un écran, il est important de prendre des pauses pour se dégourdir les jambes et pour reposer ses yeux. Un quart d’heure toutes les deux heures est idéal.

Planifier sa journée

Avant de vous lancer dans votre journée de télétravail, prenez le temps de vous fixer des objectifs réalistes. Pour cela, vous pouvez vous créer un emploi du temps dans lequel figure vos objectifs, mais également vos temps de pauses et de repas. Ce n’est pas parce que vous êtes chez vous que vous devez travailler 2 à 3 heures de plus qu’en temps normal.

Garder le contact avec son entreprise et ses collègues

Travailler depuis chez soi ne veut pas dire travailler tout seul. Continuer à échanger avec vos collègues via les différentes plateformes que propose votre entreprise. N’hésitez pas à demander de l’aide si vous en avez besoin. Prenez le temps de bien planifier vos réunions. Pensez à bien définir l’ordre du jour, d’inclure tous les participants et d’être précis sur l’heure de rendez-vous.

Un petit mot supplémentaire. Pour limiter votre impact numérique, privilégiez si possible les appels audio et évitez la vidéo. N’envoyez pas plus de mails que nécessaires et travaillez au maximum en local.

Apprendre à déconnecter

Encore une fois, ce n’est pas parce que vous travaillez depuis chez vous que vous devez en faire plus. L’idéal est de trouver un rituel à mettre en place pour sortir son esprit du travail. Vous pouvez par exemple pratiquer une activité sportive, faire une marche, de la peinture ou toute autre activité vous permettant de vous changer les idées.

Que faire maintenant ?

Si vous avez la chance d’avoir un métier compatible avec la pratique du télétravail, n’attendez plus pour en faire la demande à votre employeur. Plus y aura de télétravailleurs réguliers et plus les bénéfices environnementaux seront importants !

Cet article est maintenant terminé et je vous remercie pour votre intérêt. J’espère que cet article vous motivera à vous mettre d’avantage au télétravail.

Pour celles et ceux qui n’ont d’autres choix que de se rendre sur leur lieux de travail en voiture, pensez au covoiturage et à la pratique de l’éco-conduite.

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Et surtout, pensez à partager cet article au maximum pour faire évoluer les mentalités.

Article similaire :

Plan velo sortie confinement
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *